loader image
Partagez facilement cet article :

Un numérique responsable est aussi un numérique éthique

4 Oct 21
Actualités

La notion de numérique responsable ne concerne pas uniquement l’environnement mais aussi les populations qui peuvent être affectées par l’industrie du numérique. Tout au long de la chaîne de production des équipements électriques et électroniques, des conflits éthiques surviennent. Les scandales de harcèlement chez les géants de la tech, les conditions de travail dans les mines, le recyclage sauvage et ses conséquences sur la santé… Augmenter notre utilisation des NTIC n’est pas une solution miracle pour favoriser le développement durable.

 

La conception du produit

Tout n’est pas rose au pays de la Silicon Valley (ou de Samsung)

La première étape dans le processus de construction d’un EEE tel un ordinateur ou un smartphone est celle de la conception du produit. Quelles seront ses caractéristiques principales ? À qui va-t-il s’adresser ? À quoi ressemblera-t-il ? La plupart du temps, ce sont des entreprises américaines ou asiatiques qui se chargent de répondre à ces questions. Apple, HP, Samsung, ou Huawei par exemple. 

Ces entreprises sont parfois critiquées pour les conditions de travail de leurs sous-traitants (comme Foxconn pour Apple) mais elles ont leurs propres défauts. Ce sont par exemple les scandales de harcèlement sexuel ou les horaires extensibles qui se cachent derrière la façade de l’open space et de son « atmosphère décontractée ».

Les problèmes pointés du doigt par des salariés d’Apple sont notamment :

  • Les contrôles incessants du management, sources de tension
  • L’organisation cloisonnée du travail qui complexifie la communication
  • Le comportement et certains propos déplacés des salariés hommes à l’égard des femmes, en minorité dans l’entreprise
  • Les journées extrêmement longues, voire les nuits passées à travailler, considérées comme normales et même attendues.

A toutes ces contraintes s’ajoute la certitude d’être un bien facilement remplaçable, étant donné que les postes chez Apple sont extrêmement prisés.

D’autre concepteurs comme Samsung sont aussi critiqués pour leur intransigeance à l’égard de leurs salariés mais ce sont surtout les horaires de travail parfois abusifs qui là encore, posent problème. Il devient difficile de concilier vie professionnelle et vie privée.

 

L’extraction des matières premières

Que trouve t-on dans un ordinateur ?

Voici la liste des matériaux qui composent un ordinateur portable selon Circular Computing :

 

 

Certains comme le tantale ou l’iridium sont définis comme critiques parce que leur production/extraction présente des dangers pour l’environnement. De plus, le tantale par exemple, n’est pas du tout recyclable. Même s’ils sont présents en quantité réduite, ils restent indispensables à la fabrication d’un ordinateur, et on retrouve souvent les mêmes matériaux pour d’autres équipements comme les smartphones, les tablettes ou les appareils photos.  

 

Des enfants dans les mines en RDC

Le tantale est un exemple classique des catastrophes engendrées par l’industrie du numérique, tant pour l’environnement que pour les acteurs de cette industrie. Il est un dérivé du coltan, un minerai présent presque exclusivement en République Démocratique du Congo (RDC). On l’utilise principalement pour fabriquer des condensateurs.

Les mines de coltan sont concentrées à l’Est du pays dans les provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu. Les conditions de travail y sont très dures à cause du manque d’outils de qualité, et de l’absence totale de mécanisation. Il faut ajouter à ça le travail des enfants. Ils sont au moins 40 000 dans les mines chaque année en RDC. Les travailleurs congolais, n’ont pas d’équipement pour les protéger. Ils sont exposés aux éboulements et à la poussière chargée de métaux qui provoque des maladies respiratoires. L’exploitation du coltan alimente aussi les conflits. Le contrôle des mines varie entre milices armées et forces congolaises. Les violences ne sont pas rares. Elles auraient fait près de 5 millions de morts depuis ces 20 dernières années. Dans le Sud du pays, le cobalt ou or bleu présent dans les batteries de nos téléphones entre autres, est bien souvent exploité dans des conditions similaires.

 

Le coût humain des terres rares en Chine

Un autre exemple serait celui des terres rares, 17 métaux qui sont également indispensables à la fabrication de la plupart des appareils électriques et électroniques. La Chine en est particulièrement riche, surtout dans les régions de la Mongolie Intérieure, du plateau tibétain et de Guangxi. 

Le cérium et le néodyme par exemple, ont permis à la ville de Baotou de croître exponentiellement, mais là où il y avait autrefois des fermes, elle est maintenant bordée par un lac formé des rejets de l’industrie minière. Ce changement de paysage n’est pas seulement un désastre environnemental. Plus rien de pousse dans les villages alentours, et les habitants ont dû partir, l’eau prélevée du fleuve Jaune est polluée par les métaux et les acides, les mines clandestines alimentent un marché noir des terres rares. Les mineurs y sont exposés aux fumées de métaux et développent toutes sortes de maladies. La radioactivité élevée augmente également les cas de cancers. 

 

La fabrication

Une filière rendue opaque par la DIT (Division Internationale du Travail)

Vient ensuite l’étape de la fabrication. Le fameux exemple de l’IPhone dont les composants sont fabriqués aux quatre coins du monde, est significatif de la division internationale du travail qui caractérise l’industrie du numérique. Apple confie l’intégralité de l’étape de fabrication à des entreprises tiers. L’appareil photo de l’IPhone est fabriqué par Sony, la carte mère par Samsung, l’écran tactile par LG, qui eux-mêmes sous-traitent, principalement en Chine. La chaîne de production des équipements peut donc très vite devenir opaque, et il arrive que les concepteurs ferment les yeux sur les infractions qui ont lieu chez leurs partenaires.

 

Des conditions de travail précaires dans les usines

Certains procédés comme le lavage des semi-conducteurs au benzène, sont dangereux pour la santé et les salariés ne sont pas toujours protégés ni informés correctement sur les risques encourus. A titre d’exemple, en 2011, Samsung a dû comparaître devant la justice pour justifier des cas de leucémie parmi d’anciens salariés de l’usine de Chitwing Mould Industry à cause de leur utilisation du benzène et de l’ionisation des composants électroniques.

Plus récemment, un rapport d’experts du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, donnait matière à s’inquiéter sur les conditions de travail dans les usines vietnamiennes du groupe. Les salariés des usines Samsung, majoritairement des femmes, devaient travailler debout pendant 70 à 80 heures par semaine dans un environnement très bruyant (au dessus des normes légales). La plupart d’entre-elles n’étaient pas au courant de la présence de substances chimiques dans les produits d’entretiens qu’elles utilisaient. L’entreprise aurait aussi menacé les salariées de les traîner en justice si elles parlaient de leurs conditions de travail.

De la même manière, Apple et son sous-traitant Foxconn ont été accusés en 2019, de violer le droit du travail chinois en dépassant le quota d’heures supplémentaires mensuelles et celui des salariés en intérim : jusqu’à 100 heures au lieu de 36 pour certains salariés et plus de 50% de la masse salariale en intérim au lieu des 10% autorisés.

Ces libertés prises par les grands groupes coûtent aux ouvriers leur santé. Elles appellent à plus de transparence au niveau des chaînes de production pour permettre de leur assurer des conditions de travail plus humaines. 

 

La fin de vie et le recyclage

La fuite des DEEE dans les pays en développement

En 2019, on comptait déjà 34 milliards d’équipements électroniques selon un rapport Green IT. Une fois en fin de vie, qu’arrive-t-il à tous ces appareils ?

En Europe, le pourcentage de recyclage des DEEE varie entre 23% dans les pays de l’Est et 59% dans ceux du Nord. Une partie assez conséquente de ces déchets échappe aux filières légales. Beaucoup sont détournés et envoyés par bateau en Asie et en Afrique où leur recyclage se fait sans précautions. Dans des casses en Thaïlande par exemple, on utilise de l’acide pour le nettoyage des circuits électroniques, que l’on retrouve ensuite dans l’eau. Les ouvriers respirent des fumées toxiques à cause de l’incinération des résidus de verre et de plastique.

Le traitement des déchets est souvent confié à des entrepreneurs mais il arrive que des mafias locales s’en chargent. Les déchets finissent dans des décharges à ciel ouvert où travaillent des adultes mais aussi des enfants comme dans la décharge d’Agbogbloshie au Ghana.

L’arrivée de la 5G risque de ne rien arranger. Au contraire, les équipements incompatibles vont venir s’empiler sur le tas déjà bien fourni de déchets électroniques.

QUE FAIRE ?

Il existe des régulations qui permettent plus de transparence. Le Règlement (UE) 2017/821, entré en vigueur en Janvier 2021 par exemple, contraint les entreprises importatrices d’étain, de tantale, de tungstène et d’or à garantir que leur activité ne participe pas aux conflits dans les zones où les minerais sont exploités. Cependant, elles ne suffisent pas toujours. Chacun peut agir à son échelle par sa consommation.

Voici plusieurs gestes à adopter pour améliorer la gestion de vos équipements : 

  • Maximiser la durée de vie des appareils est une des solutions les plus efficaces et les plus simples à mettre en œuvre. Selon l’ADEME, passer de 2 à 4 ans  d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50% son bilan environnemental. Pour un ordinateur il faut par exemple veiller à ne pas trop remplir son disque dur et à ne pas surcharger sa batterie, et donc à débrancher le câble d’alimentation avant la charge complète. Il faut aussi vérifier que la mémoire RAM n’est pas monopolisée par des applications inutiles.
  • Apprendre à réparer ses équipements. Des sites comme iFixit proposent des tutoriels pour réparer toutes sortes d’appareils allant de l’IPhone à la machine à coudre. 
  • Donner les appareils qui ne nous sont plus utiles.
  • Choisir des équipements reconditionnés ou recyclés et s’assurer de leur provenance. Des entreprises comme Fairphone détaillent le processus de production de leurs smartphones sur leur site.
  • Mettre ses données sur des clouds permet aussi de réduire les besoins en matériel de stockage comme les disques dur, les cartes mémoires etc. SWAT a fait le choix d’Infomaniak, une entreprise aux serveurs écologiques, pour ses données (Découvrez le Cloud Infomaniak).

 

Sources :

Radio Canada

BBC

The Guardian

Hankyoreh

MinéralInfo

Good Electronics

The New York Times

Ethel Maridat Ethel Maridat

SWAT s’engage pour un numérique responsable

2 Déc 21

1ère agence web à obtenir le label Numérique Responsable

26 Nov 21

Un numérique responsable est aussi un numérique éthique

4 Oct 21

SHOPIFY - DEBRIEFING SUR LE SHOPIFY PURSUIT

21 Fév 20

Fin du PHP 5 : Votre site internet est peut-être exposé à des failles de sécurité !

14 Fév 19

Des nouvelles recrues arrivent chez SWAT !

25 Oct 18

AutomationDay | Mardi 4 septembre 2018 | Hôtel de Région | Lyon

27 Juil 18

Nouvelle tarification Google Maps API

7 Juin 18

Reuters Institute | Digital News Report 2018 – Revue de Presse Mai 2018

4 Mai 18

RGPD : quels changements pour les entreprises ?

26 Avr 18

Bonne année 2018 avec SWAT Studio

25 Jan 18

SWAT Story #8 >> Un an déjà !

11 Jan 18

BriefduLundi #5 Améliorer les résultats de recherche sur mon nom d'entreprise

18 Déc 17

BriefduLundi #4 Apprendre des recherches Google

11 Déc 17

BriefduLundi #3 Devenir visible sur Google Maps

4 Déc 17

BriefduLundi #2 Peaufiner son profil Google My Business

27 Nov 17

BriefduLundi #1 Proposer un résultat de recherche clair

20 Nov 17

SWAT Story #7 >> Retour sur le Blend Web Mix

14 Nov 17

SWAT Story #6 >> Puis-je vous aider ?

22 Sep 17

Génération Y débarque chez SWAT

20 Sep 17

SWAT Story #5 >> Ensemble

4 Août 17

SWAT Story #4 >> Entreprendre la création ou la refonte de son site Web

21 Juin 17

SWAT Story #3 >> Comment être rapidement présent en ligne ?

23 Mai 17

SWAT Story #2 >> Refondre son site Internet avec méthode

27 Avr 17

SWAT Story #1 >> Born to be reactive

21 Mar 17